Crise énergétique: que fait la STIB ?

Difficile de ne pas y échapper. En plus d’une inflation galopante, la Belgique vit comme toute l’Europe une crise énergétique historique. Si cette hausse des prix de l’électricité et du gaz représente un coût énorme pour la population, la STIB a quant à elle pris des mesures pour limiter la casse afin d’assurer ses missions de transports publics à Bruxelles. Explication.

Une politique de sobriété énergétique

Si la crise est là depuis quelques mois, la STIB a entamé depuis déjà de nombreuses années une politique de sobriété énergétique forte, marqué notamment par une stratégie carbone. Cette politique est visible par des actions concrètes sur différents aspects de notre fonctionnement au quotidien.

Des installations plus vertes

Chaque nouveau bâtiment de la STIB (dépôt, station…) suit un objectif de coresponsabilité en matière d’énergie et de respect de l’environnement. Haren, Marconi, Marly,… Ce sont là des dépôts de la STIB dont la rénovation ou la construction ont suivi un cahier des charges axé sur un impact énergétique au plus bas pour son exploitation: cogénération, stores solaires, isolation, géothermie, éclairage LED (dans nos bâtiments mais aussi en stations et dans nos véhicules)… La STIB se conforme à des règles strictes en matière de respect de l’environnement pour ses bâtiments.

Plus de 5000 panneaux solaires

5451 panneaux solaires, soit plus de 9300 m2 de panneaux, sont visibles sur les toits de 4 de nos bâtiments. On parle d’une production énergétique qui oscille entre 1.407 et 1.539 MWh, soit l’équivalent de la consommation annuelle de 400 ménages bruxellois ! Au dépôt tram Marconi, les panneaux installés couvrent 43% des besoins en électricité du dépôt !

Une sensibilisation vers notre personnel

Notre personnel est sensibilisé à la sobriété énergétique car chaque geste compte, aussi simple soit-il:

  • éteindre les lumières lorsque l’on sort d’une salle de réunion
  • maintenir les vannes thermostatiques sur la position 3
  • éteindre son ordinateur/écran en fin de service
  • éteindre tous les périphériques comme les imprimantes à l’arrivée d’un week-end
  • une formation à l’écoconduite pour nos chauffeurs et conducteurs

Et il y en a beaucoup d’autres. Ces exemples d’actions concrètes ont un réel impact sur notre consommation d’énergie.

Des véhicules adaptés aux économies d’énergie

Le saviez-vous ? L’énergie utilisée lors des freinages du métro est réutilisée pour sa propre traction ainsi que pour l’éclairage. Cela peut paraître anodin et pourtant, cette récupération est très utile pour l’exploitation métro de la STIB. En surface, nous testons actuellement un bus à hydrogène. L’objectif est d’évaluer les performances de cette nouvelle source d’énergie couplée à un bus électrique. L’hydrogène offre une capacité d’autonomie doublée et un temps de charge deux fois plus rapide qu’un bus électrique classique.

La consommation énergétique de la STIB

La STIB consomme 250 gigawattheure par an pour son réseau et ses bâtiments. Cela représente 0,3% de la consommation totale en Belgique. La très grande majorité de l’énergie consommée sert pour l’exploitation de notre réseau de tram, de bus et de métro (c’est-à-dire pour l’énergie de traction).
La STIB a toujours été attentive au cours de l’énergie. C’est ainsi que nous avons acheté à un prix avantageux l’énergie dont nous avons besoin jusqu’à la fin de cette année.
Une énergie est 100% verte. Comment ? Grâce au mécanisme de Garantie d’Origine (dit GO). Cela signifie que notre énergie est produite en Belgique, qu’elle est issue du vent, du soleil ou de la biomasse.

Et demain ?

Nous avons toutes les quantités nécessaires de gaz pour le fonctionnement de nos services et ce jusqu’en 2023. Pour l’électricité, l’achat ne s’effectue pas par année mais par tranche, généralement quand le prix est au plus bas par rapport au dernier achat. La STIB reste donc très attentive au prix du marché qu’elle scrute quotidiennement pour acheter petit à petit, quand la situation est la plus favorable financièrement.

Nos besoins en énergie de traction sont nécessaires au bon fonctionnement du réseau de transport public à Bruxelles. A l’heure où les prix de l’énergie explosent, la STIB reste plus que jamais une solution indispensable de mobilité durable pour tous.