Comment réagir face au harcèlement dans les transports publics ?

Que faire si vous êtes victime ou témoin de harcèlement dans les transports publics ? Faut-il rester là sans rien dire ou à l’inverse réagir ? Aussi sensible soit le sujet, il nous paraît essentiel de vous fournir des clés pour vous aider à y faire face.

La formation Stand Up

Selon une étude internationale, menée dans 15 pays par L’Oréal Paris et Ipsos, 79% des personnes interrogées ont affirmé être soulagées lorsqu’une tierce personne intervenait en leur faveur lors d’un harcèlement de rue. Pourtant, 86% des répondants affirment ne pas savoir comment réagir face au harcèlement de rue et 33% ont exprimé qu’ils seraient intervenus s’ils avaient su comment s’y prendre.

Les faits sont donc là, et sont bien malheureux : la majorité d’entre nous avons déjà été victimes de harcèlement dans l’espace public. Alors, que faut-il faire dans de telles situations ? Se taire ou agir ? Comment réagir face à des insultes, un geste ou un comportement déplacé dans les transports publics ?

Pour tenter de répondre à ces questions, nous avons récemment suivi la formation « Stand Up ». Stand Up est un programme international de formations, lancé par L’Oréal Paris, l’ONG Hollaback! et Touche Pas À Ma Pote, pour sensibiliser et former le plus grand nombre à intervenir lorsqu’il est victime ou témoin de harcèlement dans les lieux publics. Ce programme repose sur des gestes simples, mais déterminants, qui peuvent vous aider à réagir face au harcèlement.

Que faire lorsque vous voyez quelqu’un se faire harceler ?

La méthode des 5D

La méthode Stand Up repose sur cinq lettres, un moyen mnémotechnique facile et concret, aussi appelé la méthode des 5D :

  • Distraire : faire semblant de connaître la victime, lui demander l’heure, faire tomber quelque chose… Bref, un geste simple pour détourner l’attention
  • Déléguer : expliquer à une personne qui représente une forme d’autorité ce qui se passe et demander de l’aide
  • Documenter : prendre discrètement des photos ou des vidéos pour aider la victime par la suite
  • Diriger : ce moyen est le plus direct et consiste à intervenir de manière frontale, que ce soit en demandant au harceleur d’arrêter, en défendant la victime ou en appelant à l’aide
  • Dialoguer : après les faits, demander à la victime si tout va bien, lui parler, la rassurer…

Ces cinq actions vous forment à des pistes pour réagir en fonction des situations qui peuvent se présenter, tout en veillant à votre sécurité et à celle de la victime.

« Distraire » est très efficace. Ce moyen permet d’intervenir sans vous mettre en danger, là ou « diriger » est à garder en dernier recours.

Pour en savoir plus sur la méthode des 5D, suivez la formation Stand Up. Elle ne dure que 10 minutes !

Que faire lorsque vous êtes victime de harcèlement ?

La méthode des 3D

Si vous êtes vous-même victime de harcèlement, vous pouvez aussi vous rabattre sur cette méthode en privilégiant ces 3D :

  • Déléguer : expliquer à une personne qui représente une forme d’autorité ce qui se passe et demander de l’aide
  • Diriger : ce moyen est le plus direct et consiste à intervenir de manière frontale, que ce soit en demandant au harceleur d’arrêter ou en appelant à l’aide
  • Documenter : prendre discrètement des photos ou des vidéos
voyageurs réseau stib

La sécurité sur le réseau de la STIB

La sécurité de nos voyageurs est essentielle. Nous avons mis plusieurs dispositifs au point pour assurer votre sécurité sur notre réseau.

Les caméras de surveillance

Toutes les stations de métro sont équipées de caméras de surveillance. Le dispatching sécurité de la STIB peut les consulter en temps réel. Les services de sécurité de la STIB disposent également d’un contact direct avec les services de police. Ils se rencontrent régulièrement pour discuter des différentes problématiques sur le réseau et ses alentours et, le cas échéant, prévoient des missions de sécurisation.

Les trams, bus et métros disposent aussi de caméras. Elles permettent un suivi efficace en cas de plainte à la suite d’un incident dans un véhicule.

Le personnel de sécurité

Plus de 300 agents de sécurité patrouillent chaque jour sur le réseau de la STIB, en surface et dans les stations. Ils effectuent des missions planifiées à certains endroits prédéfinis et interviennent en temps réel en fonction des incidents qui ont lieu sur le réseau. En cas de soucis, nos collaborateurs sur le réseau peuvent faire directement appel au dispatching de la service de sécurité de la STIB, qui enverra immédiatement des agents sur place et prendra contact avec la police si nécessaire.

La police des chemins de fer a comme terrain de prédilection les réseaux de trains et de (pré)métro. Elle assure un rôle indispensable et complémentaire à celui des agents de la STIB.

Enfin, les agents multimodaux sont également près de 300. Ils sont prêts à aider et renseigner les voyageurs sur le réseau et, par leur présence, découragent les actes malveillants.

Les bornes SOS et le 1707

Tous les quais métro sont équipés de plusieurs bornes SOS. Ces bornes SOS sont munies d’une signalétique spécifique de sécurité et du pictogramme rouge d’appel d’urgence. Les bornes SOS permettent de mettre en contact les usagers avec le dispatching, qui peut réagir en temps réel.

En cas de comportement suspect, vous pouvez également contacter le numéro 1707. Le 1707 est le numéro d’appel unique pour signaler tout comportement suspect sur le réseau de la STIB.

Ces moyens de contact ne se substituent en aucun cas aux numéros d’urgence, à savoir le 101 pour la police et le 112 pour les secours. Ils sont à appeler en priorité en cas de danger.

Porter plainte et en parler

Que vous soyez victime ou témoin de harcèlement, parlez-en.

Portez plainte auprès de la police. Quelle que soit la situation, qu’il soit possible ou non de retrouver l’auteur des faits, chaque plainte est comptée. Ces chiffres sont consultés par les autorités et leur permettent de définir l’ampleur de la problématique et d’entreprendre des actions. Et, dans certains cas, on parvient à identifier l’auteur. Le harcèlement est punissable, porter plainte est la première étape.

Comme mentionné plus haut, nos stations et nos véhicules sont équipés de caméras. Lorsque vous portez plainte, la police prend contact avec les services de la STIB pour obtenir les images des caméras de surveillance. Elles leur sont d’une grande aide dans le cadre de leurs enquêtes.

La STIB peut visionner les images des caméras en stations en temps réel, mais seule la police est habilitée à consulter les images des caméras a posteriori. Vous pouvez toutefois contacter notre Customer Care pour demander de conserver les images, en indiquant bien la date, l’heure, la station ou les références du véhicule (ligne, direction, arrêt, numéro du bus ou tram). Nos services feront alors le nécessaire pour préparer les images pour la police.

Quelle que soit sa nature, une agression est une agression et a un impact. Parlez-en, à vos proches ou à une personne tierce. Les services d’aide aux victimes sont aussi là pour vous aider :

Victime ou témoin, votre sécurité et votre bien-être sont en jeu. Parlez de ce que vous avez vécu ou de ce que vous avez vu, demandez de l’aide et surtout, surtout, prenez bien soin de vous.

À lire aussi :