Les chantiers d’été à la STIB

Chaque année la STIB lance ses chantiers d’été. Les travaux réalisés entraînent alors de grosses perturbations sur notre réseau pendant de longues périodes. Dans ce blogpost, on vous explique les enjeux de ces chantiers et les raisons pour lesquelles on les réalise en été.

Circulation, nuisance et météo

La question principale que l’on nous pose est de savoir pourquoi nous réalisons ces gros travaux pendant les vacances d’été ?

Et la première raison est celle-ci : pour réduire l’impact sur la circulation et les nuisances pour les riverains.

Ensuite, il faut savoir que c’est le moment de l’année où la météo est la plus favorable pour ce type de travaux. Moins de pluie + plus de soleil = des meilleures conditions pour les travaux.

Pendant cette période plutôt calme de l’année, moins de voyageurs sont dérangés par les interruptions de service. En effet, la circulation automobile est plus faible, tout comme la fréquentation sur nos lignes. Il est donc plus facile de fermer des rues et d’organiser des déviations dans de telles conditions.

Autre raison essentielle : durant les congés d’été, vu que nos fréquences sur l’ensemble du réseau sont réduites, nous avons plus de véhicules à notre disposition. Ces véhicules peuvent alors être attribués aux navettes qui sont organisées.

Enfin, c’est la seule période de deux mois consécutifs où tous ces critères sont réunis.

2020, une année particulière

En 2020, nous avons rencontré une crise sanitaire majeure. Pendant cette crise, le télétravail était obligatoire et le trafic dans Bruxelles moindre. Alors pourquoi ne pas avoir réalisé ces travaux pendant le confinement ?

Il n’a malheureusement pas été possible de réaliser ces travaux pendant la période de confinement du COVID19. Tout a été mis à l’arrêt en raison des mesures sanitaires imposées. La sécurité de notre personnel et des ouvriers est notre priorité. Respecter les règles de confinement était donc primordial.

Ensuite, nos chantiers requièrent des entrepreneurs spécialisés qui ont besoin de voies et d’aiguillages faits sur mesure. Tant au niveau du personnel, que des dispositifs à installer, cela demande un gros travail en amont. Les plannings des travaux de l’été sont donc réalisés longtemps à l’avance. Plus d’un secteur est alors mobilisé pour suivre l’organisation requise. Soit l’un de ces secteurs étaient à l’arrêt pour la raison mentionnée ci-dessus, soit il n’était pas possible d’avancer le planning des travaux.

Chantiers d’été : plus de confort pour nos voyageurs

Nos quelques 289 km de voie de tram (cf. chiffres issus de notre rapport annuel) doivent être remplacés à un rythme assez soutenu. À savoir que la durée de vie de voies s’élève à une moyenne de 25 à 30 ans. Dans les virages, l’usure est plus importante et nous devons renouveler les voies encore plus rapidement.

Même si nous comprenons le mécontentement dû aux perturbations, il va de soi que ces travaux sont nécessaires pour le confort de nos voyageurs et pour l’avenir de nos voies ! Lorsqu’une voie est usée, celle-ci use plus rapidement les roues de nos trams, ce qui non seulement cause des nuisances sonores mais entraîne aussi un coût d’entretien supplémentaire. De plus, l’usure des voies impose une limitation de vitesse (d’où une fréquence mal assurée). Il est donc plus qu’important de les remplacer afin d’assurer une bonne desserte de la ligne, en toute sécurité.

Dans le passé, nous programmions 11km de voies à renouveler par an. Dans la pratique ce n’était pas toujours possible d’obtenir tous les permis d’urbanisme nécessaires à ces travaux. Et donc, dans la réalité, on tournait plutôt autour des 9 km de voies renouvelés par an. Le réseau a de plus en plus besoin de ces travaux car le nombre de trams a augmenté et les véhicules sont plus grands que par le passé donc plus lourds. Cela a pour conséquence une usure plus rapide des voies.

C’est pourquoi la STIB a décidé de porter le rythme du renouvellement de 11 à 15 kilomètres par an. De plus, la programmation a été faite sur 10 ans au lieu de 5 habituellement de manière à pouvoir mieux anticiper les demandes de permis d’urbanisme. Le budget de ces travaux est environ de 50 millions d’euros par an.

Entre-temps, des entretiens préventifs sont effectués : inspections visuelles, graissage et meulage des pistes…

Un tapis antivibratoire

Lors du renouvellement des voies, nous en profitons pour placer des tapis antivibratoires. Le système antivibration des rails est mis au point par une société belge en collaboration avec la STIB. Le rail est entouré de caoutchouc, posé sur une dalle de béton, qui est elle-même posée sur un tapis en caoutchouc. Un caoutchouc, venu en partie de nos pneus de bus qui ont été recyclés ! Ce système permet d’améliorer le quotidien des riverains : en effet, grâce à ce dispositif, les vibrations du tram sont moins ressenties.

Nous examinons également la possibilité de rendre tous nos arrêts accessibles notamment grâce à l’installation de bords fusibles en caoutchouc (voir vidéo ci-dessous). Dans certains cas, c’est aussi l’occasion pour Bruxelles-Mobilité de revoir l’aménagement complet de la voirie de façade à façade.

chantier été tapis anti vibration
chantiers été stib werf MIVB

Quid des chantiers d’été en 2021 ?

Quatre chantiers nous occupent cet été 2021 :

La STIB vous accompagne

Comme pour chaque chantier, la STIB vous accompagne. Des agents sur place vous aideront dans votre déplacement ; la recherche d’itinéraire est adaptée en fonction des déviations, des navettes de bus sont organisées et une information aux voyageurs est mise en place via des leaflets, des affiches et des panneaux d’indication. N’hésitez pas à consulter notre site Internet pour plus d’informations.

Il vous est évidemment toujours possible de nous contacter sur les réseaux sociaux ou par téléphone avant de partir. Nous vous aiderons avec plaisir pour faire votre recherche d’itinéraire !