Le recrutement à la STIB

La STIB recrute chaque année des centaines de collaborateurs. C’est un chiffre impressionnant que nous ne pouvons pas atteindre sans le travail réalisé par notre département Ressources Humaines. Campagne marketing, utilisation de nouveaux médias de communication… Le recrutement s’est réinventé, malgré la crise. Mais quelques semaines avant le début de la pandémie, Johan Claes, Employer Branding et Sourcing Manager, nous témoignait déjà son enthousiasme et sa vision du recrutement à la STIB. Retour sur cette rencontre très intéressante.

Arrivé il y a 10 ans à la STIB, Johan Claes se rappelle : « À mon arrivée, la STIB comptait 6000 collaborateurs. Aujourd’hui, on est à plus de 9000 et on n’est pas prêt de s’arrêter ». Il nous parle de l’évolution des mentalités par rapport au travail : « Le recrutement s’adapte au marché de l’emploi et évolue, chaque année. Le profil des candidats également. Aujourd’hui, les candidats recherchent du sens à donner à leur travail. »

Le succès et la vision des transports en commun

Juste avant la crise, les chiffres de fréquentation des transports en commun n’ont cessé de grimper. « Et on a dû s’adapter. Plus de voyageurs veut dire plus de véhicules à mettre sur le réseau. Et il faut des gens pour les conduire. »

La STIB voit donc là un effet boule de neige « C’est à la conduite qu’on engage le plus de gens. On a donc plus de véhicules à mettre sur le réseau. Et donc on doit engager aussi plus de techniciens pour entretenir ces véhicules. »

La vision du transport public à Bruxelles a clairement changé et la STIB doit assumer désormais un rôle sociétal. « On a de plus en plus de candidats qui décident de se réorienter pour se rendre plus utile envers la société. » Et la STIB peut répondre à cette attente.

« On transporte des familles, on permet à des amis de se revoir, on permet aux gens d’aller travailler… et bon nombre de candidats le savent en postulant. Cela arrive de plus en plus que des candidats choisissent la STIB pour ce rôle sociétal, qui donne du sens à un job. C’est un sentiment très fort d’avoir un but concret dans un travail. Je trouve ça très intéressant.« 

employer branding johan claes stibmivb

Le choix des candidats

La STIB offre sa chance à tout le monde. « Et peu importe son origine, son genre… Tout le monde peut soliciter pour un job sil en a les compétences ».
Johan ajoute : « Un bon candidat doit se poser les bonnes questions quand il postule. Qu’est-ce que je cherche dans un boulot ? Qu’est-ce que je veux faire ? Quelle serait la meilleure fonction pour moi ? Qu’est-ce que je peux apporter de plus à la société pour laquelle je postule ? Sans oublier, bien sûr, de rester soi-même. »

Avec plus de 300 métiers différents représentés à la STIB, les profils liés à la conduite (bus, tram, métro) et à la technique sont actuellement les plus recherchés.

Le recrutement, un travail de longue haleine

Recruter les bonnes personnes demande beaucoup de travail. « On remarque que certains candidats à la conduite ne savent pas vers quoi ils s’engagent. Car oui, on ne conduit pas un bus, un tram ou un métro rapidement. C’est d’ailleurs pour cela que chaque personne engagée à la conduite doit être formée au préalable. » Au-delà de la conduite pure, d’autres aspects doivent être pris en compte « comme la sécurité, la discipline, la responsabilité. Il y a clairement des responsabilités à avoir. Il faut pouvoir gérer tout cela et assumer son rôle à 100%. »

Pour un profil plus technique, le marché de l’emploi est différent :
« Le marché est en fait plus réduit et un candidat technicien sera différent d’un autre, le tout dépendant de son niveau d’étude, de son âge…« 
Le challenge est d’attirer ces profils vers une entreprise comme la STIB car le marché peut être très compétitif.
« On a en a réellement conscience côté RH. Nous devons donc être les plus convaincants, les plus informés pour que ces profils puissent soliciter pour un job chez nous. »

La créativité au sein du recrutement

Recrutement signifie aujourd’hui créativité. Heureusement, la STIB n’en manque pas. Il y a deux ans, elle a lancé l’application SIMBus, une app mobile dédiée qui présente la réalité des chauffeur de bus. Une mise en situation virtuelle qui a eu beaucoup de succès.

« L’application SIMBus nous a permis d’avoir plus de solicitations que d’habitude, car nos candidats ont pu conduire un bus en temps réel, sur une ligne existante depuis leur smartphone. « 

Une initiative créative qui a permis de montrer la réalité du terrain… et de prouver que conduire un bus n’était pas la fonction la plus facile !
Johan l’avoue « Ce genre d’application mobile peut aussi lancer des vocations. Chauffeur de bus, moi ? Et bien, pourquoi pas en fait ! »

Avant la crise sanitaire, les JOB DAYS permettaient de rencontrer directement les futurs candidats « Honnêtement, c’est un excellent moyen de voir plus de candidats. On peut leur apporter des explications plus spécifiques sur le job pour lequel ils postulent. On a également un contact direct avec eux et cela permet d’accéler parfois le processus.« 

Vers plus de diversité

La STIB engage de plus en plus de femmes, dans tous les domaines.
« C’est un de nos objectifs » nous dit Johan.
« Pour moi, la diversité est intéressante car elle rend le travail plus riche et elle offre une autre vision d’un travail.« 

Il est cependant actuellement difficile d’imaginer une parité parfaite Homme/Femme car certains métiers sont encore très axés sur le genre. « Principalement les métiers techniques mais les mentalités évoluent, petit à petit.« 

Cependant, le travail doit se réaliser aussi en amont. Selon Johan : « On encourage encore très peu les femmes à se lancer dans des formations techniques, à l’école par exemple. » On peut, à l’inverse, constater une nette augmentation en terme de parité au niveau de la conduite. On y voit de plus en plus de femmes et elles sont très fières d’exercer leur métier.

Retrouvez la suite de l’interview de Johan Claes dans son intégralité en écoutant notre épisode « En Route » (en néerlandais).