La fermeture des portes de nos véhicules

Vous le savez déjà, lorsque le signal sonore de la fermeture des portes retentit, vous ne pouvez plus monter à bord d’un véhicule. Mais la question qui est sur toutes les lèvres, c’est comment fonctionne le système d’ouverture et de fermeture des portes ? Est-ce qu’il est automatique ? Et le conducteur ne peut-il tout simplement pas ouvrir toutes les portes, à tous les arrêts, en période de COVID-19 ? On vous explique tout dans notre article.

Dans nos bus et nos trams

Dans tous nos bus et nos trams, la fermeture des portes se fait automatiquement. Ce sont les voyageurs qui commandent l’ouverture de celles-ci, notre conducteur se limitant  à verrouiller et à déverrouiller le système d’ouverture. De cette manière les portes ne peuvent pas s’ouvrir entre deux arrêts. Le conducteur ne peut d’ailleurs verrouiller le système qu’à la fermeture complète de toutes les portes.

porte deur tram stibmivb

Un système de sécurité dans nos bus

Dans un bus, la fermeture des portes peut être mise en automatique ou en manuelle. L’ouverture des deux vantaux de la porte avant est, quant à elle, d’office manuelle. Elle est alors commandée par le chauffeur.

Que la fermeture soit manuelle ou automatique, la portes sont munies de systèmes de sécurité obligatoires :

  • En mode manuel : si une fermeture se fait sur un obstacle (un passager), les bords sensibles de la porte vont arrêter la fermeture et se rouvrir immédiatement
  • En mode automatique : les portes se referment automatiquement 20 secondes après l’ouverture. Lors de cette fermeture, il y a une double protection : les bords sensibles (comme en mode manuel) et le détecteur de présence.

Dans tous les cas, lors de la fermeture des portes arrières, un signal sonore est émis. Le fonctionnement des portes est régi par un règlement européen, R107, qui décrit le fonctionnement attendu d’une porte sur un véhicule destiné au transport de personnes.

… et aussi dans nos trams

Comme pour le bus, la fermeture automatique des portes (ce n’est jamais le cas pour la première porte) est en fonction sur tous nos trams et est accompagnée de deux systèmes de sécurité :

  • Une détection de présence empêche la fermeture automatique des portes si une personne est détectée près de la porte (par détecteur infrarouge) ; 
  • Un bord sensible provoque la réouverture des portes si un obstacle est rencontré lors de la fermeture

Le fonctionnement des portes est également régi par un règlement européen, EN 14752, qui décrit le fonctionnement attendu d’une porte sur un véhicule ferroviaire destiné au transport de personnes.

NB : Sur les trams type T2, il n’y a pas de détecteur de présence et les portes se ferment automatiquement après 20 secondes.

Dans le métro

Dans nos rames de métro, il n’est pas possible d’ouvrir automatiquement toutes les portes. C’est le conducteur qui déverrouille les portes mais c’est le voyageur qui décide d’ouvrir la porte ou non. Donc, si personne n’en fait la demande et si personne n’entre ou ne sort d’une porte en particulier, celle-ci restera fermée.

D’ailleurs, sortir pendant que le signal de sécurité retentit est une très mauvaise idée. Vous vous mettez en danger et la pression exercée par les portes est si forte que vous pourriez rester coincé. Les doigts ou les objets pris entre les portes ne sont pas faciles à libérer et, dans certains cas, ils sont si fins que le système de sécurité ne les détecte pas. Les portes de métro ne sont pas comme les portes d’ascenseur ! Bloquer les portes, c’est aussi bloquer le métro, et ralentir des centaines de voyageurs. Pensez-y et restez courtois !

La régulation du métro suit un horaire précis. Un affichage en tête de quai avertit le conducteur de la conformité de sa progression.  A partir du moment où le conducteur a fait retentir le signal sonore de préavis de fermeture des portes, il n’est plus question pour un voyageur de tenter d’embarquer et ce, pour sa sécurité.
 
Si nous autorisons un embarquement ici (qui durerait 15 secondes) puis encore un autre (parce qu’une autre personne se présente), et comme ça à chaque station, non seulement la progression de cette rame deviendrait rapidement ingérable mais en plus, elle retarderait toutes les rames qui suivent.
 
Aux heures de pointe, les rames se suivent à 180 secondes.  Cette fréquence ne permet pas d’arrêter longuement une rame en station pour des motifs d’embarquement, vu la proximité de la rame suivante.  Les choses sont bien différentes en heures dites creuses ou en soirée quand la fréquence est moindre et quand les conducteurs ont la possibilité de permettre l’embarquement tardif d’un client.

Dans nos nouvelles rames de métro M7, l’ouverture et la fermeture des portes seront entièrement automatiques. Le voyageur n’aura plus à appuyer sur un bouton, car les portes s’ouvriront (et se fermeront) automatiquement dans chaque station. Il faudra donc bien faire attention à ne pas vous appuyer contre les portes !

Ne bloquez pas les portes

Que vous preniez le tram, le bus ou le métro, il reste primordial de ne pas bloquer les portes de nos véhicules. La règle est très simple, lorsque le signal sonore retentit, on n’entre / ne sort plus du véhicule ! Non seulement bloquer les portes peut altérer  le bon fonctionnement du réseau (et provoquer des retards) mais en plus cela représente un réel danger pour votre sécurité !

Et pendant la période du COVID19 ?

Depuis le début de la crise corona, on nous a souvent demandé si nos chauffeurs ne pouvaient pas ouvrir les portes à chaque arrêt. Une question compréhensible: de cette façon, vous pouvez avoir un renouvellement de l’air et vous n’avez pas à appuyer sur le bouton. Nous nous sommes donc adaptés là où nous le pouvions.

Par exemple, sur les nouveaux trams, les conducteurs ouvrent toutes les portes du côté de l’arrêt (à l’exception de la première porte), lorsqu’un passager appuie sur le bouton d’arrêt ou s’il signale qu’il veut monter à bord. Cela vaut également pour nos bus. Mais l’ouverture automatique de toutes les portes à tous les arrêts est pratiquement impossible. Cela voudrait dire que nous devons nous arrêter à chaque arrêt, même si personne ne monte ou ne descend. Et cela augmenterait énormément le temps de trajet ! Donc, à moins que nos chauffeurs ne lisent dans les pensées des voyageurs et savoir de cette manière quand ils veulent monter ou descendre, il est préférable d’appuyer sur le bouton d’arrêt ou de lever la main à l’arrêt.

Malheureusement, pour nos métros et vieux trams, il n’est techniquement pas possible d’ouvrir toutes les portes en toute sécurité d’un côté. Et si cela ne peut pas être fait en toute sécurité, nous ne le faisons pas.

Pour en savoir plus :