Zone 30: quelles conséquences pour les transports publics bruxellois ?

Vous l’avez certainement déjà entendu ou lu : à partir du 1er janvier 2021, toute la région bruxelloise passe en zone 30. Mais que signifie la « ville 30 » pour les personnes qui se déplacent en transports publics à Bruxelles ? Allez-vous devoir attendre plus longtemps votre bus, votre tram ou votre métro parce que nos véhicules vont devoir ralentir ?
Nous vous expliquons comment nous avons préparé ce changement important à la STIB/MIVB et quelles en sont les conséquences pour nos voyageurs.

Métro et tram

Commençons par le métro. Personne ne sera surpris d’apprendre que rien ne changera pour lui. Notre métro roule à l’abri de toute circulation, sur ses propres voies et non sur la voie publique. Notre système de métro fonctionne selon des règles spécifiques.

Il en va de même pour nos trams. Ceux-ci sont également des véhicules ferroviaires et ne sont, par définition, pas soumis au code de la route, et donc à la zone 30. Et dans de nombreux endroits, nos trams circulent même en site propre, surtout le long des grands axes de la capitale, comme par exemple, les lignes 62 et 7 de l’avenue Léopold III, sur les boulevards Lambermont ou Général Jacques.

Dans toutes les autres zones, en particulier là où le tram doit partager la voie avec d’autres modes de transport, nos conducteurs adapteront leur vitesse et leur comportement de conduite.
Parce que la sécurité routière est une priorité absolue pour nous aussi !

Qu’en est-il du bus ?

Pour nos bus, c’est une toute autre histoire. Ils circulent en effet sur la chaussée, dans un trafic classique partagé où, à partir de 2021, la règle générale de la zone 30 s’applique. Supposons que nos bus aient soudainement besoin de beaucoup plus de temps pour couvrir tout leur trajet ? Allez-vous devoir attendre plus longtemps ?

Pour éviter cela, la STIB va, si nécessaire, déployer plus de véhicules et donc mettre à disposition plus de chauffeurs. De cette façon, la même fréquence et les mêmes horaires seront maintenus.

Aux heures de pointe, les conséquences de ce passage en zone 30 seront meilleures que prévues. Nos véhicules ne pourront guère rouler plus vite en raison de la circulation dense. C’est d’ailleurs déjà le cas aujourd’hui, donc peu de choses vont changer. C’est par contre pendant les heures creuses et durant la soirée que les conséquences de cette limitation à 30 km/h pourraient être plus importantes.

La moitié de la région bruxelloise est déjà en zone 30

Eh oui ! Cela peut vous surprendre, mais aujourd’hui, la moitié de la région bruxelloise est déjà en zone 30 : toute la zone du Pentagone mais aussi Jette, Ixelles, Schaerbeek et bien d’autres communes !

Mais il existe également de grands axes de circulation, où il est exceptionnellement autorisé de circuler à 50 km/h ou parfois même 70 km/h. En principe, là aussi, peu de changements. Le choix du lieu d’application de ces exceptions a été fait en concertation avec toutes les parties concernées : la Région et les communes, mais aussi la police, les pompiers, les services d’urgence et la STIB.

Découvrez sur cette carte les vitesses maximales autorisées. Vous pouvez également les consulter à l’aide de cette carte interactive.

Recalcul du temps de trajet

Pour les zones impactées par cette nouvelle mesure, nos experts ont réalisé des calculs pour estimer les nouveaux temps de trajet. Ces calculs sont basés sur des données existantes. Nous avons donc utilisé toutes ces données pour créer un nouvel horaire qui s’appliquera à partir de 2021.

Heureusement, à la STIB, nous avons déjà une grande expérience de ces changements, car cela s’est produit à de nombreuses reprises dans le passé. Mais cette fois-ci, la donne est différente. Il s’agit d’un changement de grande envergure et de nombreux éléments inconnus subsistent. Les automobilistes vont-ils changer rapidement leur comportement ? Aurons-nous des habitudes de mobilité différentes ? Et quelles sont les conséquences à long terme pour les transports publics ?

Nos experts suiveront de très près la situation au cours des premiers mois de 2021. Cela leur permettra d’adapter nos horaires et nos temps de trajet aux réalités du terrain.

Pourquoi Bruxelles passe en zone 30 ?

Pourquoi la Région introduit-elle la zone 30 sur tout son territoire ? L’objectif principal de « ville 30 » est la sécurité routière. Avec cette mesure, Bruxelles vise à long terme une circulation implicant 0 mort et 0 blessé, ce qu’on appelle la « vision zéro ». En introduisant la zone 30 comme règle générale, Bruxelles devrait devenir une ville plus agréable à vivre, plus saine et plus sûre pour la circulation. Comme à Helsinki, par exemple, où en 2019, aucun enfant, cycliste ou piéton n’est décédé des suites d’un accident de circulation.

Les recherches menées par Vias, l’institut pour la sécurité routière, montrent qu’à 50 km/h, un piéton meurt dans 45 % des cas, alors qu’à 30 km/h, ce n’est que 5 %.

Autres avantages de la vitesse réduite : il y a moins de bruit en ville et cela devient plus agréable et plus sûr pour les usagers de la route non motorisés. Ces derniers sont donc moins susceptibles de prendre leur voiture et le cercle vicieux est rompu. Et c’est là qu’est l’avantage à long terme pour nos voyageurs : moins de voitures signifie des transports publics plus fluides !

Des questions sur la ville 30 ?
Consultez les FAQ

Brussel mobiliteit