Doit-on avoir peur de prendre les transports en commun ?

Marius Gilbert, chercheur en épidémiologie à l’ULB, a répondu à nos questions à propos du COVID-19 et nous donne des conseils pour voyager en toute sécurité. L’un d’entre eux est assez inattendu.

Faut-il avoir peur de prendre les transports en commun ? Non d’après Marius Gilbert.
On le sait, la crise du coronavirus a modifié nos habitudes de transport. Et bien sûr, les transports en commun sont également impactés. Cependant, se déplacer avec la STIB ne constitue pas un risque si chaque voyageur fait preuve de bon sens et respecte les mesures indiquées.

Une combinaison de 3 mesures importantes à suivre

Porter un masque

Le port du masque est obligatoire

Le port du masque est obligatoire dans nos transports.
« Le masque offre une double protection » explique Marius Gilbert. « Le masque protège la personne qui est susceptible d’infecter les autres et il protège les personnes qui sont susceptibles d’être infectées par d’autres personnes.« 
En portant un masque, on réduit alors le risque d’expiration et de respiration de particules virales: les fameuses gouttelettes.
« Cette double protection réduit considérablement le risque d’infection, même si on est très proche d’une personne infectieuse.« 
Le port du masque buccal est donc très efficace contre la propagation du virus. L’obligation du masque est donc nécessaire et indispensable.

Pour rappel: si vous avez le moindre symptôme lié au coronavirus, vous devez bien entendu rester chez vous et contacter votre médecin traitant, cela tombe sous le sens.

Se laver les mains

2ème mesure: l’hygiène des mains.
La contamination indirecte se fait par les mains. « Des particules virales, si et seulement si elles sont expirées, peuvent être déposées sur les surfaces que les voyageurs sont susceptibles de toucher. Et après avoir touché ces surfaces contaminées, il faut éviter absolument de se toucher les muqueuses, la bouche, les yeux, le nez… » Il faut donc se laver les mains avec un gel hydroalcoolique que l’on peut transporter dans sa poche durant son transport en bus, tram ou métro, afin d’éviter tout risque de contamination.

Garder ses distances

Gardez vos distances !

La troisième mesure de protection consiste à garder le plus de distance possible. Car il y a maintenant beaucoup moins de voyageurs dans nos véhicules, ce qui signifie que cette distanciation est généralement possible sur certaines lignes. Mais nous réalisons bien sûr que ce n’est pas toujours le cas. Certaines lignes restent toujours plus empruntées que d’autres aux heures de pointe. D’où l’obligation de porter un masque.

Si vous en avez la possibilité, évitez de vous déplacer en transport en commun aux heures d’affluence. Vous aurez alors plus de facilité à vous distancier des autres voyageurs.

Cette mesure de distanciation permet d’éviter la propagation du virus.
« Il faut essayer de s’espacer dans le véhicule, ne pas rester groupé dans un coin. Si vous portez un masque et veillez à une bonne hygiène des mains, le risque d’infection reste faible« , explique Marius Gilbert.

Une mesure supplémentaire inattendue

Dans son discours, Marius Gilbert nous partage une mesure plutôt inattendue : le fait de parler émet plus de particules virales !

« Rester calme dans un bus, un tram ou un métro, en parlant le moins possible, peut être également une mesure de protection supplémentaire. »

Les mesures prises par la STIB

« Le virus est également très fragile et ne résiste pas à tout produit désinfectant, au savon, etc… Le simple fait de nettoyer ces surfaces va tuer tous les virus qui s’y sont éventuellement déposés.« 

Depuis le début de la crise du coronavirus, la STIB agit et prend toutes les mesures nécessaires pour assurer la protection de son personnel et de ses voyageurs, en renforçant le nettoyage de ses véhicules mais également des stations. Un budget hebdomadaire de 500.000 euros y est d’ailleurs consacré !

Depuis le début du COVID-19, le nettoyage est renforcé à la STIB