On vous dit tout : notre réseau pendant la crise COVID-19

La crise du COVID-19 est historique et non sans conséquences. Nous travaillons dur pour que les personnes exerçant des professions essentielles, comme le personnel de santé, arrivent à destination. En même temps, nous sommes confrontés à une absence de personnel plus importante que d’habitude. Comment nous organisons-nous pour relever ce défi ? On vous dit tout.

Depuis l’annonce du gouvernement des mesures de confinement pour lutter contre l’épidémie de COVID-19, nous mettons tout en oeuvre pour continuer à rouler. Notre objectif : véhiculer les personnes qui en ont le plus besoin.

Lors d’une manifestation nationale, nous essayons de garder une ossature du réseau pour qu’un maximum de voyageurs puissent aller travailler. Nous avons du réfléchir ici où étaient les points-clés qui avaient le plus besoin de nous à Bruxelles.

Une situation inédite

Nous vivons actuellement une situation inédite. Nos habitudes quotidiennes sont chamboulées. Dans ce cas très particulier de la crise du COVID-19 où le gouvernement a demandé à ce que chaque personne qui le peut de télétravailler, et où malheureusement beaucoup de personnes ont perdu temporairement leur emploi, les choses sont différentes.

Nous avons moins de personne à véhiculer, mais devons offrir une offre suffisante malgré tout.

Nous comptons à bord de nos véhicules beaucoup de personnel hospitalier, dont les déplacements sont essentiels. À titre d’exemple, le CHU Saint-Pierre emploie 2500 collaborateurs pour assurer sa mission, et la Clinique Saint-Jean, 1400 collaborateurs. C’est un véritable microcosme qui doit continuer à pouvoir assurer sa mission de santé publique à bien.

Aussi, beaucoup d’autres personnes se déplacent en transport public. Elles travaillent dans le secteur alimentaire ou assurent des services essentiels à la population comme la sécurité, l’aide sociale, les services postaux,…

Notre offre doit également assurer la distanciation physique requise entre les voyageurs. Là où un bus standard peut habituellement accueillir une cinquantaine de voyageurs, 5 seulement sont aujourd’hui autorisés à bord en même temps. Cela veut dire que nous avons besoin de plus de véhicules pour transporter le même nombre de personnes.

Retrouvez toutes les informations liée à la circulation de nos véhicules dans notre Foire aux Questions sur STIB.brussels. 

Moins de personnel disponible pour conduire

Nous faisons par contre, comme toute entreprise du pays actuellement, face à une hausse du taux d’absentéisme dans notre personnel. Avec moins de conducteurs et conductrices disponibles, nous ne pouvons pas faire circuler chaque ligne de bus, tram et métro comme à notre habitude.

L’idée étant de faire circuler un maximum de véhicules possibles sur chaque ligne pour éviter qu’il y ait trop de monde à bord, et permettre une distanciation sociale à bord comme recommandé par les autorités.

Nous avons dès lors dû établir des priorités en termes de lignes. 

covid-19 stib distanciation sociale recommandations officielles

Priorité à ceux qui prennent soin de nous

Pour véhiculer un maximum de personnes qui en ont le plus besoin, nous avons définies certaines lignes comme prioritaires. Plutôt que faire circuler des lignes à une fréquence trop basse, mettre plus de véhicules sur moins de lignes permet de respecter les distances de sécurité à bord. Les lignes de chaque dépôt qui desservent les hôpitaux sont considérées comme prioritaires. Nous avons également pensé aux lignes qui desservent les zonings industriels et aux entreprises qui ne peuvent permettre le télétravail.

Nous avons désormais cinq dépôts de bus et sept dépôts de tram. Nos dépôts sont bien naturellement dans toute la Région, nous offrons donc une bonne couverture spatiale de la ville en procédant de la sorte.

Afbeelding

Plusieurs lignes prioritaires

Nous avons défini que les lignes de bus prioritaires étaient la ligne 59 (qui dessert l’hôpital d’Etterbeek-Ixelles), les lignes 79 et 42 (pour les Cliniques de l’UCL), la ligne 71 (Chirec) ainsi que les lignes 38 et 41 (Cliniques de l’Europe).

La ligne 58 est prioritaire. Elle circule le long du canal où de nombreuses entreprises ne sont pas à l’arrêt. Nous pensons notamment à Aquiris, la plus grande station d’épuration du pays, dont l’activité est essentielle.

Du côté du tram, ce sont les lignes 3, 7, 51, 9 et 4 qui sont prioritaires. La ligne 51 est également exploitée car elle dessert l’hôpital Brugmann, l’hôpital Saint-Pierre, et l’hôpital Molière Longchamp. Il est donc naturel de la faire circuler en priorité.

Les 4 lignes de métro circulent mais à une fréquence réduite.

Chaque matin, vous pouvez lire sur notre compte Twitter les lignes qui ne sont pas mises en circulation en début de service. Abonnez-vous ! 

De manière générale : nous avons privilégié les lignes qui desservent les hôpitaux, mais personne n’est laissé de côté. Si une ligne est supprimée, des alternatives existent. Aucune commune ne se voit privée de transports en commun, et notre plan du réseau ne connaît aucun « trou ».
C’est pour cette raison que des lignes que l’on imagine pas prioritaires circulent malgré tout. Le bus 50 est le seul à rejoindre Lot, et 65 Machelen.

Une offre en constante évolution

Nous avons tâtonné les premiers jours dans ce contexte inattendu. Depuis lors, nos spécialistes du réseau ont analysé la situation quotidiennement. Désormais, le réseau répond au mieux aux besoins de la population en cette épidémie de COVID-19.

Nous avons utilisé toutes les sources d’information en notre possession pour ajuster notre offre au jour le jour :

  • les validations des cartes MOBIB
  • les données remontées par notre personnel
  • vos messages sur les réseaux sociaux
  • les détecteurs de charge à bord de nos véhicules

Nous avons également adapté nos horaires suite à cette conséquence surprenante : sans cirulation en ville, nos véhicules circulent plus vite. Nos trams circulent un maximum sur site propre, mais les bus vont beaucoup plus rapidement qu’en temps normal. Nous avons donc adapté nos fréquences en conséquence.

Aidez-nous

Le personnel de la STIB travaille d’arrache-pied pour véhiculer les personnes qui en ont le plus besoin. Nos conducteurs et conductrices prennent le volant pour vous chaque jour. Notre personnel de planification travaille 24h sur 24 et 7j sur 7 depuis 3 semaines. Dans les dépôts, le personnel administratif se démène pour que tous les trajets prévus soient prestés et garder la meilleure fréquence possible.

Merci à tous nos collègues mobilisés.

C’est d’ailleurs pour protéger nos conducteurs-trices qu’il n’y a plus de changement de service avec un véhicule qui circule. Autrefois, vous pouviez voir un-e conducteur-trice reprendre le service d’un-e collègue à un arrêt. Désormais, nos conducteurs-trices prennent leur véhicule au dépôt et l’y ramènent, pour croiser le moins de personnes possibles. Ils ont également le temps de s’assurer de la propreté du poste de conduite.
Les véhicules sont nettoyés entièrement à chaque terminus, en insistant sur les points sensibles : mains courantes, boutons d’arrêt.

Grâce à votre aide, nous pouvons déposer à leur travail les personnes qui prennent soin de nous. Merci de leur laisser votre place à bord, en limitant vos déplacements aux plus essentiels.
Pour contrer l’épidémie de COVID-19, n’oubliez pas de laver vos mains avant et après un passage dans nos véhicules. Il est recommandé d’éternuer et tousser dans votre coude et surtout : respecter les distances à bord entre les voyageurs.

Un hommage au personnel hospitalier

Le mardi 31 mars à 20h , nous avons fait retentir les sirènes de nos véhicules de sécurité devant le CHU Saint-Pierre pour remercier le personnel hospitalier. Découvrez l’action en vidéo.