Concevoir un métro, c’est avoir 30 ans d’avance

Poste de conduite, sièges, portes, carrosserie… Les futures rames de métro M7 sont en train d’être construites par l’entreprise espagnole Construcciones y Auxiliar de Ferrocarriles (« CAF ») à Beasain (Pays basque, Espagne). Au total, ce sont 43 nouvelles rames de métro qui sortiront de l’usine afin de renforcer les fréquences sur les lignes de métro de la STIB. Les premiers véhicules sont attendus sur le réseau en 2020. Rencontre avec Axel Enthoven, designer de ces nouveaux métros au salon #WeAreMobility l’année passée. 

“Si vous prenez le métro, vous avez l’impression de monter dans un véhicule de luxe. Mais cette impression doit durer 30 ans. L’avant de la voiture, l’intérieur, les matériaux… la STIB ose et innove”, explique Axel Enthoven qui n’est autre que le designer de notre nouveau métro.

Quand il parle du M7, le nom officiel du dernier modèle de métro, ses yeux brillent. “Je suis très fier” dit Axel Enthoven. “Concevoir le métro bruxellois a été une tâche merveilleuse. Nous avions presque carte blanche. J’apprécie le courage et le dynamisme de la STIB. La plupart des métros dans le monde sont classiques. La STIB innove.”

Un design différent du M6

La M7 est un peu comme son prédécesseur, le M6 alias “le boa”, également conçu par Axel Enthoven. “La largeur et la longueur sont presque les mêmes, mais ne vous y trompez pas, le design est bien différent. Alors que pour le M6 les grandes lignes étaient déjà définies, pour la M7 nous avions carte blanche. La STIB et le constructeur nous ont octroyé beaucoup de liberté. Concevoir un métro, c’est un sentiment d’intemporalité. Il doit durer dans le temps”, explique Axel Enthoven. “Nous devons avoir trente ans d’avance, c’est pourquoi nous avons été inspirés par l’art nouveau, tout comme nous l’étions pour le design des trams : un style avant-gardiste avec une touche de modernité”.

Selon Axel Enthoven, l’innovation a été présente à tous les niveaux de la conception : “Cela commence par la tête de la M7, qui est très aérodynamique. Ses phares lui donnent une apparence particulière, elle ressemble à un vaisseau spatial, c’est un choix délibéré. L’avant du métro est très important, les voyageurs le voient plus que le côté”.

Comme dans une voiture de luxe

L’intérieur aussi est élégant. “Nous avons visé la qualité. Grâce à l’utilisation de matériaux durables, vous avez l’impression d’être dans une voiture de luxe, sans que sa conception soit plus chère. Cela force le respect. Une grande attention a été accordée aux détails. Vous voyez à quel point les poignées sont plates ? On ne distingue aucune vis. Ou la poignée de freinage d’urgence ? Regardez à quoi elle ressemble dans les autres métros du monde” se réjouit Axel Enthoven.

Il souligne que la conception du métro prend en compte la réalité du quotidien et ajoute : “La forme suit la fonction”, c’est le credo du design ». « Par exemple, nous avons choisi des matériaux et des couleurs qui nécessitent peu de maintenance. Les sièges sont placés de manière à être lavés facilement, et ils facilitent le mouvement des voyageurs à bord. Nous optons également pour une lumière indirecte, ce qui donne un sentiment d’espace beaucoup plus agréable. La lumière directe peut être saccadée et provoquer le mal des transports. Le sol est encore plus bas et les portes plus larges pour une meilleure accessibilité”.

La nouvelle M7 débarquera sur notre réseau en 2020 et permettra d’augmenter les fréquences sur l’ensemble du réseau.

Construction 

Fiche technique des métros M7 

  • Longueur : 94 m
  • Largeur : 2,70 m
  • Hauteur du plancher : 1m03 contre 1m05 pour les M6 (le plancher des M7 sera donc 100 % plat, à hauteur du quai)
  • Nombre de caisses : 6
  • Nombre de portes par côté : 18 portes doubles
  • 2 portes simples aux postes de conduite (escamotables lors de l’automatisation)
  • Largeur d’ouverture par porte : 1m60 (contre 1m45 pour les M6)
  • Nombre de places: 742 au total (version manuelle, avec strapontins repliés) et 758 dans la version automatique (contre 716 places au total pour les M6)
  • Poids d’une rame (à vide) : +/- 170 tonnes (contre +/- 160 tonnes pour les M6)
  • Puissance de motorisation : 16 x 135 kW, traction asynchrone triphasée à récupération de l’énergie de freinage