« Dire merci était primordial ! »

Il est des interventions qui marquent plus que d’autres. L’équipe d’agents de sécurité en station basée dans la station Simonis se souviendra longtemps du secours apporté à Brandon, qui a tenu à dire « merci » à ses sauveteurs. 

C’est avec un message sur la page Facebook de la STIB, que Brandon a tenu à remercier les agents de sécurité station qui lui sont venus en aide :

« En ce jour, le 06 juin 2018, à 17 h 16,  j’ai été victime d’un malaise cardiaque à Simonis. Mais grâce à votre équipe, on a pu m’évacuer en ambulance avec le SIAMU et je voudrais sincèrement qu’on les retrouve ! Pour les remercier, ma femme, mes 2 enfants et moi-même, nous sommes très touchés par ces agents merveilleux et qui m’ont sauvé la vie. Je suis très touché ! Je n’ai pas les mots pour m’exprimer ! ».

Nous avons donc organisé une rencontre entre Brandon et ses sauveteurs.

Réunis ensemble, ils se remémorent l’événement, visiblement émus. « Je ne me souviens de rien. Tout ce dont je me rappelle, c’est d’être descendu du bus et d’être monté dans l’ambulance»,  se souvient vaguement Brandon.  « Il s’en est passé des choses entre les deux », répondent en chœur les agents de sécurité station Geoffrey, Anouar, Rachid et Abdellatif. Rachid commence : « C’est Abdel qui t’a repéré » et ce dernier de compléter « tu sortais du bus 20 et tu titubais, ce qui a tout de suite attiré mon attention. Je t’ai alors pris en charge et t’ai fait asseoir ». Très vite, au vu des premiers symptômes, il apparaît qu’il s’agit d’un problème cardiaque.

« J’ai rassuré ta femme  »

Ensuite, alors que la station s’agite en pleine heure de pointe, tout va très vite, chaque agent prenant en charge une tâche bien déterminée: « Anouar prend tout de suite contact avec le dispatching qui a fait dépêcher une ambulance et au vu des symptômes rapidement détectés, un SMUR ».

En attendant, chacun se relaie auprès du client souffrant. « On le faisait parler et on lui demandait de serrer la main de façon à ce qu’il reste conscient », précisent les agents. Parallèlement,  Geoffrey met en place un périmètre de sécurité pour éviter l’attroupement de badauds trop curieux. « C’est donc grâce à toi que j’ai pu avoir un peu d’air », réagit en rigolant Brandon qui continue d’écouter le déroulement des faits de cette chaude fin d’après-midi d’été. « J’ai ensuite eu ta femme au téléphone et l’ai rassurée », indique Rachid au jeune homme.

« Quel âge ont tes enfants ? »

Les pompiers arrivent rapidement, emmenant Brandon qui sera pris en charge pour un malaise cardiaque. C’est donc tout naturellement que les agents s’inquiètent de son état. Évoquant notamment un stress professionnel intense à l’origine de son état, les agents lui conseillent de prendre soin de lui. « Quel âge ont tes enfants ? », demandent-ils. « 2 ans et demi et 6 mois», leur répond Brandon qui s’entend répondre « c’est jeune, ils ont besoin de leur papa ».

Si ce type d’intervention est courant pour l’équipe d’agents, en connaître l’épilogue l’est beaucoup moins. « On voit l’ambulance partir, on ne sait pas après. C’est la première fois qu’on a feedback ». Et cela, c’est surtout grâce au message envoyé sur Facebook par Brandon. « Pour moi, c’était primordial, affirme-t-il, c’est génial de voir que des gens se donnent à fond. Et puis, ils sont polyvalents. Leurs tâches ne se résument pas à ça, ils doivent aussi veiller à la sécurité de la station. Les réseaux sociaux servent souvent à souligner quand ça ne va pas mais il faut aussi l’écrire quand on est heureux !».