Interview : de la maintenance à la direction, une carrière entière à la STIB pour Geert Charita

Le cœur gros, la STIB prendra bientôt congé de l’un des monuments du métro bruxellois : Geert Charita. Nous faisons le point avec lui sur sa carrière à la STIB.

Geert, c’est finalement arrivé : vous allez bientôt dire au revoir à votre STIB bien-aimée. Etes-vous prêt ?

Certainement, pour autant qu’il soit possible d’être tout à fait prêt pour cela (rire). Je suis particulièrement reconnaissant d’avoir pu évoluer au sein de cette entreprise et, en toute modestie, d’avoir pu contribuer à l’évolution du métro bruxellois. Il était important pour moi de ne jamais oublier d’où je viens : j’ai commencé ma carrière en 1976 à la STIB en tant que technicien de maintenance à Delta. Enfin, je suis ensuite devenu conducteur de métro, contrôleur et dispatcher, avant d’occuper différentes fonctions au niveau de la direction.

La fonction dont Geert tire le plus de satisfaction ? Celle de dispatcher

Vous pouvez donc affirmer que j’ai gravi les différents échelons de l’échelle, ce qui m’a permis de connaître l’entreprise de bout en bout.

Toujours enthousiaste et positif 

Quelle fonction vous a procuré le plus de satisfaction ?

C’est une question difficile, car je suis en fait toujours enthousiaste et positif dans tout ce que j’entreprends. Mais si je dois malgré tout ne choisir qu’une seule fonction, c’est certainement celle de dispatcher. La gestion de toutes les facettes d’un problème en temps réel, en recherchant la meilleure solution à l’aide des outils nécessaires : I just love it. Tout au long de ma carrière, je suis toujours resté un opérationnel « pur-sang », avec un intérêt intrinsèque pour le ferroviaire et surtout pour sa sécurité.

Quels sont les moments gravés dans votre mémoire ?

Le bouclage du métro bruxellois en 2009, où le réseau de métro et sa gestion ont été transformés en deux paires de lignes 1-5 et 2-6. Les préparatifs duraient déjà depuis plusieurs années, l’exécution ne s’est pas faite sans anicroches, mais grâce aux efforts de tous, jour et nuit, nous avons réussi à faire du bouclage un succès.

La STIB est une belle entreprise, avec un grand cœur. À nous d’en prendre soin.

Que souhaitez-vous à la STIB pour les prochaines années ?

Notre ‘métroke’ est devenu un beau métro moderne, qui se développera encore au cours des prochaines années. La STIB est une belle entreprise, avec un grand cœur. À nous d’en prendre soin. Enfin, je voudrais adresser un message aux jeunes : croyez en vos propres capacités, n’abandonnez jamais, soyez curieux (vous apprenez toujours quelque chose), convainquez et inspirez. Tout le monde a des capacités, utilisez-les dans votre équipe ou avec vos collègues. Seul, vous additionnez. Ensemble, vous multipliez.

Revivez les 40 ans du métro en vidéo

Regardez l’intégralité des vidéos consacrées aux 40 ans du métro sur YouTube