Rise and Shine ! Part 3 : le nettoyage de nos métros

La fin de notre saga « Rise and Shine » est arrivée. Après vous avoir tout expliqué sur l’entretien de nos bus et de nos trams, dans ce dernier chapitre, nous aborderons l’entretien de nos métros. Nous avons donc rencontré la brigade « Aspect », notamment en charge du nettoyage des graffitis, et nous leur avons posé un tas de questions pour tout savoir sur le bichonnage de nos métros.

Ne pas perturber l’exploitation.

Contrairement à l’entretien des trams et des bus, le nettoyage des métros est fait par une société externe qui agit toutes les nuits. Dès que nos métros rentrent en « remisage », l’équipe entre en action. Pour que la fréquence soit maintenue la journée et qu’aucun métro ne soit mis à l’arrêt, ils ne peuvent agir que la nuit. En journée par contre deux équipes sont positionnées à des endroits stratégiques sur le réseau pour pouvoir rapidement passer un coup de balai lors du demi-tour du métro… En quelques minutes seulement. Impressionnant ! En cas d’urgence, le dispatching peut les appeler à n’importe quel moment (si quelqu’un est malade dans une rame et qu’il faut nettoyer par exemple).

Les nettoyages sont de deux types : le nettoyage « apparence » et le nettoyage « approfondi ».

Pour le premier, le poste de conduite est nettoyé, un coup de balai est passé, les chewing-gums sont décollés,… Autrement dit, l’apparence générale du métro est remise état. C’est ce nettoyage-là qui occupe les équipes externes toutes les nuits, sur chaque métro, chaque jour de l’année.

Pour le second, il s’opère tous les 10.000 km. Le métro est alors nettoyé de fond en comble, du sol au plafond. La couche de vernis au sol est également décapée et remplacée par une nouvelle.

La brigade Aspect.

La brigade Aspect agit dans l’ombre. Vous ne les voyez pas, vous ne les entendez pas, et pourtant, vifs, ils contrôlent toutes ces choses auxquelles vous ne pensez pas. Chaque matin ils effectuent un contrôle « pictogramme » et s’assurent que tous les stickers officiels de la STIB soient en bon état. Dans le cas contraire, ils les remplacent en les enlevant grâce à un décapeur thermique. Ils vérifient également qu’aucun stickers clandestins ne soient placés. Chaque semaine, ils passent nos métros au karcher pour enlever les graffitis avec une technique dont eux seuls ont le secret.

« Nous essayons d’enlever les graffitis le plus rapidement possible », partage Didier, faisant brigadier. « Ils sont d’ailleurs notre priorité, et nous avons pour mission de les enlever dans les 24h ! »

Les graffeurs leur rendent la tâche de plus en plus compliquée, utilisant des produits de plus en plus mordants. Mais rien ne les arrête, un tag, un geste, la brigade Aspect fait le reste !

verwijderen graffiti nettoyer metro

Graffitis, stickers ? C’est tout ? Bien sûr que non ! Viens ensuite le travail des films plastiques sur nos fenêtres, qu’ils peuvent remplacer chaque jour suite aux nombreux « crassitis » de nos voyageurs (ces gravures que vous avez certainement déjà vues sur nos fenêtres). Travail de longue haleine et relativement précis. Ils remplacent et filment aussi certaines parties à l’intérieur de nos métros avec du vinyle. Selon les campagnes menées, ils sont également en charge du nettoyage des caches luminaires ou de la peinture des portes. Ils font tout pour rendre l’aspect de nos métros impeccable : du simple petit stickers, à la bande orange sous les portes du métro.

Pour ne pas perturber le bon déroulement de nos fréquences, la brigade Aspect fait son contrôle sur les métros placés en entretien. Quant aux graffitis, ils sont repérés le plus rapidement possible pour que le métro soit nettoyé au plus vite : plus la peinture est fraîche, plus il est facile de l’enlever. En fonction de la taille du graffiti, ce travail de nettoyage peut prendre jusqu’à une journée entière.

Pensez à eux

Levez la tête, vous voyez ce joli plan du réseau collé sur les parois du métro ? C’est Didier et sa brigade Aspect qui s’en est chargé !

Nous espérons vous avoir sensibilisés avec cette série d’articles, et que ce soit au tram, au bus, ou au métro, vous penserez chaque fois à Raymond, André ou Didier : les petites mains de l’ombre qui agissent chaque jour pour la propreté de nos véhicules !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *