Des métros plus lumineux

Vous ne l’avez peut-être pas remarqué, mais nous avons changé l’éclairage de nos métros « boa » il y a quelques mois. Cette nouveauté offre un plus grand confort aux voyageurs mais permet aussi de faire des économies et d’offrir des transports encore plus écologiques.

Un éclairage plus économique

Lors des entretiens de véhicules, nos équipes techniques ont remarqué que les tubes d’éclairage au gaz étaient énergivores et avaient une durée de vie limitée. Des mesures ont été faites dans les véhicules et il a été constaté qu’une  partie du matériel n’atteignait pas les objectifs en terme de luminosité (mesurée en « lux », l’objectif était de 400 lux). Les techniciens ont donc pris l’initiative de se renseigner sur les autres types d’éclairage et les ont étudiés. Ils ont finalement tranché pour la technologie LED qui offre un rendu naturel et une meilleure luminosité et cela, alors que la consommation inférieure de 50% par rapport aux tubes à gaz. De plus, l’éclairage LED ne montre pas de signes visibles de vieillissement au fil du temps.

C’est d’ailleurs la même équipe technique qui avait suggéré d’investir dans l’impression en 3D (à relire ici).

Un résultat optimal

Tous les éclairages des métros « boa » ont été remplacés en 21 jours à peine. 100% des mesures prouvent que les objectifs en terme de luminosité sont largement atteints avec une moyenne de 768 lux. Cet éclairage est bien plus homogène qu’autrefois, mais aussi plus chaud et plus proche de la lumière naturelle.

Un investissement pour des économies à long terme

Certes, l’éclairage LED coûte plus cher à l’achat, mais consomme deux fois moins. L’économie annuelle prévue est d’environ 267.000 kWh par an uniquement pour l’éclairage intérieur des métros « boa », ce qui devrait faire de l’ordre de 20.000 € par an en électricité épargnée et ce, sans compter l’économie à l’achat des tubes d’éclairage, puisque les tubes LED ont une durée de vie moyenne de 7 ans contre 2,7 ans pour notre ancien éclairage. Nous économisons donc également sur la main d’oeuvre nécessaire mais surtout sur le temps d’immobilisation nécessaire du métro pour son entretien.

Bref, un petit geste mais de grands résultats. 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *