Mains au volant, cœur aux étoiles

Jérémie est chauffeur de bus, mais avant tout un scientifique tourné vers les étoiles : après une licence en Physique-Chimie, il a obtenu un Master en Chimie et en Astrophysique. Il s’est ensuite spécialisé dans l’évolution stellaire ainsi que dans la cosmologie. Aujourd’hui il s’intéresse à l’exobiologie. Comment est-il arrivé sous les cieux de la STIB ? Rencontre avec l’intéressé. 

Jérémie a travaillé durant plusieurs années aux Planétariums de Toulouse puis de Lyon, ainsi qu’au Centre d’Animation Lyonnais en Astronomie, où il a développé ses talents didactiques pour la diffusion du savoir scientifique vers les jeunes et les moins jeunes.

Jérémie, passionné de cosmos et de conduite

Une transition inscrite dans le voyage

« En 2005, j’ai dû réorienter ma carrière professionnelle. Durant cette période de réflexion, j’ai pris l’autobus pour un voyage en Espagne. En observant le travail du conducteur, je suis tombé sous le charme de ce métier : c’était décidé, j’allais devenir chauffeur de bus ! »

« J’avais envie de changer d’horizon, alors j’ai postulé dans les transports publics de plusieurs villes européennes – comme Bruxelles mais aussi Birmingham – et c’est la STIB qui a réagi le plus positivement à ma candidature » annonce Jérémie. Selon lui, la vie de conducteur de bus n’est pas si différente entre les deux villes, si ce n’est dans l’organisation du travail : « si le type de conduite est assez similaire – il s’agit de deux grandes agglomérations (la métropole de Lyon dépasse le million d’habitants, tout comme la Région Bruxelloise) avec de vieux quartiers et pas mal d’embouteillages –, le rythme de travail dans la ville du sud est plus intense. En France, on travaille certes moins, puisqu’on est dans le régime des 35 heures, mais par contre, il y a très peu de temps de pause. On s’arrête et on repart presque aussitôt. A la STIB, l’organisation du travail est un peu plus souple et permet des périodes de repos ».

Arrivé en Belgique, Jérémie a continué sur sa lancée en devenant membre du club d’astronomie « Latitude 5050 » à Woluwe-Saint-Pierre, où il participe à la Nuit des Etoiles Filantes ou à la Journée Découverte en Astronomie en animant des conférences, des observations du soleil et des étoiles, etc.

Malgré qu’il ait la tête dans les étoiles, Jérémie reste concentré sur la route dès qu’il est au volant, même lorsqu’il conduit à proximité du Planetarium ou de l’Observatoire. 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *