On vous dit tout : l’augmentation des fréquences

Trois fois par an, notre réseau connaît des nouveautés. Une nouveauté attendue par nos voyageurs est l’augmentation des fréquences. Comment sont choisies les lignes ? On vous dit tout.

En février, au début des vacances scolaires et pour la rentrée, nous faisons des ajustements sur le réseau : changements de parcours, fréquences améliorées… et cela pour correspondre aux réalités du terrain et à l’afflux grandissant d’usagers. Cela coïncide également avec le début de chantiers importants.

Les lignes qui voient leurs fréquences améliorées sont, sans surprise, celles qui en ont le plus besoin : leur charge de voyageurs augmente et il est nécessaire d’augmenter le nombre de véhicules sur la ligne, pour faire face à l’affluence.

Les voyageurs sont comptabilisés de différentes manières : 

    • grâce aux données anonymes relevées sur les valideurs MOBIB. On ne le dira jamais assez : valider sa carte MOBIB permet d’augmenter les fréquences des lignes que vous empruntez.
    • une équipe de statisticiens travaille sur le réseau. Leur travail : compter les voyageurs qui embarquent à bord de nos véhicules. Ils sont une dizaine à travailler au quotidien de part et d’autre de la ville. Vous ne les avez jamais remarqués ? Normal, ils travaillent sans uniforme et ne sont à priori pas reconnaissables.
    • en cas de surcharge du véhicule, lorsque le chauffeur est dans l’obligation de refuser des voyageurs, il appuie sur une alarme qui signalera sa situation.
    • le dispatching peut également contacter ponctuellement les chauffeurs pour leur demander d’évaluer la charge de leur véhicule.

Les plaintes des voyageurs ont aussi un poids important. Avec toutes ces données, une centaine de scénarios d’améliorations sont possibles, mais comment choisir le meilleur?

Plusieurs éléments sont pris en compte : 

  • le budget : augmenter les fréquences, ça coûte cher. Nous devons trancher selon ce que notre budget nous permet d’accomplir.
  • la faisabilité technique : les bus articulés ne peuvent pas circuler sur toutes les lignes. De la même manière, certaines voiries ne permettent pas d’accueillir de grands véhicules pour leur terminus.

Vous le comprenez maintenant, c’est une tâche difficile pour notre département Network. Il faut objectiver, croiser toutes les données, que ce soient les statistiques, les réalités du terrain, les plaintes, les demandes des riverains mais aussi leurs craintes de voir s’accroître le nombre de véhicules dans le voisinage. Très dur donc de contenter tout le monde. Mais il est possible de faire pencher la balance en votre faveur : validez scrupuleusement votre carte MOBIB à chaque correspondance et contactez-nous lorsque vous rencontrez un problème de capacité sur l’une de nos lignes.

Un exemple : les lignes 84 et 87

Entre 2011 et 2013, entre 50 et 60 messages par an étaient envoyés à propos des fréquences et des retards sur la ligne 84. Lors des dernières améliorations, nous avons augmenté les fréquences et mis en circulation des bus articulés. Résultat : en 2014 et jusqu’à présent, seuls 25 messages concernaient cette ligne. Mais nous poursuivons néanmoins nos efforts : à partir du 31 août, la ligne 87 seule reprendra le tronçon Berchem Station – Beekant, uniquement avec des bus articulés et à une meilleure fréquence, tout au long de la journée (en savoir plus). En espérant encore baisser le nombre de plaintes !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *