On vous dit tout : les retards dans le métro

Il y a quelques jours, la MTA, société de transports publics de la ville de New York, a mis en ligne une vidéo expliquant parfaitement comment se produisent les retards dans le métro. A notre tour de vous l’expliquer.

Des événements indépendants de notre volonté ont souvent lieu dans le métro, et une personne malade à bord est un très bon exemple. Nous vous avons d’ailleurs relayé sur notre page Facebook l’aventure vécue à Arts-Loi par Pascal : en pleine heure de pointe, il a aidé une dame souffrant d’une crise d’épilepsie à bord du métro. Dans ces cas-là, le conducteur appelle le dispatching qui est en contact direct avec les services de secours. Nous restons auprès de la personne malade jusqu’à l’arrivée de ces derniers. Une fois la personne évacuée du véhicule, le métro repart de sitôt.

Seulement, un métro en retard implique des retards sur toute la ligne, comme vous pouvez le voir en vidéo. Vous pouvez également constater l’affluence de passagers en station qui en découle, affluence qui aggrave le retard, puisqu’il faut plus de temps pour embarquer tout ce monde.

Pour réduire l’espace entre deux métros et le temps d’attente en station, nous pouvons demander au métro précédent de patienter.

Ce qui peut également arriver et qui n’est pas expliqué dans la vidéo, c’est que nous demandions à l’un des métros de faire demi-tour au lieu d’attendre : le conducteur débarque alors ses voyageurs en station et retourne en sens inverse grâce aux aiguillages. Cela permet ainsi d’anticiper les retards des métros précédents avant leur arrivée au terminus.

Le dispatching choisira en tous cas la solution la plus adéquate pour un retour à la normale rapide. Un conseil dès lors, si vous voyez plusieurs métros qui se suivent sur les afficheurs de temps d’attente, n’hésitez pas à attendre le suivant pour rendre l’embarquement plus rapide.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *